FOCUS #9 – Nigel Stanford

Une nouvelle fois, voici un FOCUS destiné à mettre en lumière un artiste très largement sous-représenté. Nigel Stanford est un compositeur néo-zélandais principalement concentré sur la musique électronique. Il est d’abord connu pour la composition musicale du documentaire “TimeScapes” de Tom Lowe. Vous avez déjà probablement déjà vu ses vidéos de timelapses de paysages en 4K sur YouTube. Vous auriez bien tort de croire que l’oeuvre de cet incroyable personnage s’arrête là !

Bien que ses créations soient absolument magnifiques, ce qui retiendra particulièrement notre attention dans ce petit FOCUS, ce sont deux vidéos que l’on peut trouver sur la chaîne YouTube de l’artiste qui vous laisseront complètement bouche-bée, garanti ! Sorte de rencontre entre la science et la musique, ces performances vont bien plus loin que la simple expérience. Grâce à ces créations absolument bluffantes, on en vient à soupçonner à quel point la musique est physique et mathématique. Il est donc pertinent de savoir l’envisager comme une science qui agit sur notre corps et notre mental.

 

Allez ceci étant dit, voici une première claque : 

 

Faut-il vraiment après ça, toujours vous convaincre de vous intéresser de plus près à cet artiste hors-normes ? Pour en rajouter à la technicité de l’expérience, il convient de saluer très bas Nigel Stanford pour la qualité apportée à la réalisation de ses vidéos. Elles permettent une immersion totale dans l’univers futuriste qu’il développe. C’est vrai autant sur les extraits qu’on vous présente ici qu’au long de ses albums studio (que l’on recommande vivement !)

Popularisé par la vidéo “Cymatics”  (ci-dessus) en 2014, construisant un véritable pont entre musique et science, Nigel Stanford offre une expérience visuelle et auditive complètement inédite.

La deuxième oeuvre majoritaire de l’artiste, ici mise à l’honneur, est “Automatica”, réinventant le concept précédemment évoqué et le faisant évoluer vers les liens liens qui unissent cette fois-ci technologie et musique.

Attention les yeux, dites-vous bien que ce que vous regardez est réel, pas de 3D ou autre post-production ici :

 

Via son art définitivement unique, Nigel nous offre non-seulement un instant de pur surréalisme, incroyable au delà-des mots, mais il nous amène également à nous poser des questions quant à l’existence de la musique, son exécution et son évolution dans le temps.

En regardant “Automatica” deux choses nous ont sautés aux neurones : “C’est incroyable non ?” et “Ça fait peur aussi non ?”. Car oui, par delà l’aspect unique de la performance se cache une question épineuse, large et souvent mal-comprise par le spectateur : l’Homme va-t-il trop loin dans l’application de la recherche fondamentale ? Quelle profondeur pour la complémentarité entre humain et machine ? Puis surtout, en musique comme dans d’autres domaines : quel rapport de force à envisager entre les deux dans le futur ?

 

Le reste de ces réflexions relèvent plus de transhumanisme que de culture à proprement parler. On vous laisse découvrir et apprécier à sa juste valeur le travail de ce compositeur.  On a la conviction chez GNIAK! qu’il vaut vraiment le détour !

 

 

 

Suivez-nous et aimez-nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow by Email
Facebook
Facebook
Google+
http://gniak.com/focus-9-nigel-stanford">
Twitter
Instagram