Groundation – New album, new music, new spirit for “The Next Generation”

: 4min

 

Vous le saviez si vous avez suivi notre récente rencontre avec l’artiste Comorien Eliasse, nous étions présents sur la tournée du légendaire groupe de Reggae Groundation. Jeudi soir de fin Mars à La Belle Électrique de Grenoble, le concert affichait complet depuis des semaines déjà ! Il faut dire que Groundation s’est forgé en 20 ans une réputation d’excellence, en studio comme sur scène.

Car oui, le groupe Californien fondé en 1998 a récemment dépassé les deux décennies d’existence. On commence d’ailleurs à avoir dans GNIAK! une liste assez longue d’artistes qui foulent les salles du monde entier depuis 20 ans. Compter Groundation parmi eux est un honneur pour nous. Ou tout du moins pour ceux de l’équipe qui écoutent et suivent le groupe depuis des années. 

 

 

On ne va pas parler de Groundation sans mentionner le fait que le groupe s’est remis à la scène et au studio après une pause de 3 ans.

Pause durant laquelle la totalité des membres ont changé, à l’exception du meneur et guitariste-chanteur, le charismatique Harrison Stafford. Une nouvelle génération de musiciens, pour un nouvel album du même nom (“The Next Generation”). Album qui, même s’il a ses propres particularités, révèle un son toujours empreint de Reggae et de Jazz. A la manière unique qu’a le groupe de construire des ponts entre les deux influences. 

 

 

Sur scène il y a du monde. On retrouve 9 musiciens, qui reprennent la formation traditionnelle du groupe faisant la part belle aux claviers, aux cuivres et aux choristes. Sous sa longue barbe et son bonnet rasta, on retrouve Harrison Stafford en milieu de scène. Forcément, une bonne partie de la setlist du groupe sur cette tournée vient du nouvel album. D’abord parce que Groundation assume après 20 ans sa transformation. Et aussi parce qu’il resterait le risque que le public trouve bizarre que des morceaux absolument iconiques du groupe soient interprétés par d’autres musiciens que leurs créateurs d’origine. Le temps viendra surement, mais pas pour la tournée de reprise.

 

 

Quoi qu’il en soit le public est venu pour se dandiner au rythme du “Skank” sur du grand Groundation

Visiblement le son proposé par la nouvelle équipe ravira l’assistance.

Avec un visuel lourd de sens issu du nouvel album en fond de scène, le frontman Harrison Stafford excelle dans son rôle de leader transcendé. Alors qu’on avait d’abord cru que ce nouvel album parlait de la nouvelle génération, on se rend compte en concert qu’en réalité il parle à la nouvelle génération directement. “We are not afraid, we still believe in 2019 and beyond. It’s a difficult moment but together we can do great things out of this confusion !”. Lors de ses prises de paroles, Harrison Stafford se montre à la fois conscient des enjeux planétaires actuels et positif quant au futur de notre monde.

On comprend alors que c’est l’espoir que le pousse, lui et ses musiciens, à travers ce nouvel album et la tournée qui suit. 

 

 

En ce qui concerne la musique, on retrouve dans l’orchestration ce qui fait la marque de fabrique autant que le succès du groupe depuis toutes ces années.

Chez Groundation, c’est quand on descend le tempo près des 80 bpm que le public est heureux !

Chacun des musiciens du groupe aura droit à un voir plusieurs moments de grâce improvisé. D’ailleurs il est intéressant de constater que dans le groupe même il y a un mélange générationnel. Des musiciens plus mûrs à la basse et aux cuivres (sans parler d’Harrison lui-même), on retrouve des gens plus jeunes aux claviers, guitare et chœurs.

 

 

“New album, new music, new spirit. Just have confidence, we gonna build the next world together”. L’intensité n’a pas quitté Harrison Stafford, qui mène avec assurance cette nouvelle équipe de ville en ville à travers la tournée. Et si ce n’était quelques parties aux claviers avec un brin de sonorités Électro (rassurez-vous, c’est très très léger !), on se méprendrait entre l’ancienne et la nouvelle équipe. 

 

 

“The original language is and will remain music”. Voilà de quoi nous mettre tous d’accord. Un hommage à la référence du genre Bob Marley sera  joué avec la chanson “Roots Rock Reggae”. Pour les puristes, nous aurons en outre reconnu les chansons “Weeping Pirates” et “Freedom Taking Over”, de l’album “Hebron Gate”. “Confusing Situation” (“Young Tree”) et “Seven Seal”, issu de “We Free Again”. 

 

 

Quoi qu’il en soit, on a vu ce soir là un Groundation nouveau. Définitivement tourné vers le futur et vers la génération qui vient. D’un optimiste réconfortant (on n’a plus l’habitude de croiser des optimistes on doit bien l’avouer), le groupe sait toujours aussi bien envoûter son public grâce à ce qui fait et continue de faire sa force : un son unique, très spécifique et toujours de grande qualité.

“We have our eyes open and we see”.

 

 

Retrouvez Groundation sur la suite de leur tournée 2019 :

 

Aucune description de photo disponible.

 

 

 

 

 

Suivez-nous et aimez-nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow by Email
Facebook
Facebook
Google+
http://gniak.com/groundation-new-album-new-music-new-spirit-for-the-next-generation">
Twitter
Instagram